Image default

Tout sur le couteau papillon

Le fameux couteau papillon, connu sous son nom anglais « fan knife », est un outil intéressant de sa forme unique, pliante et tranchante, il a une lame coupante à laquelle deux branches mobiles sont articulées grâce à de petits axes. Lorsque les deux bouts renfermant la lame se joignent vers le bas pour libérer cette dernière, ils forment le manche. Dans le sens inverse, lorsqu’elles se replient vers le haut, elles enveloppent la lame. Pour le verrouillage dans sa position ouverte ou fermée on peut voir un loquet, il peut être soit pivotant, soit à ressort que l’on appel T-latch ou latch compte tenu de sa forme en T.

Pour la protection de celui qui le porte, le mode de pliage atypique du couteau papillon dispose de plus de protection pour la lame. En effet, on peut le transporter partout, dans la poche, dans un sac… Le couteau papillon a un aspect assez particulier grâce à sa conception. Comme il est facile à manier, on peut faire des gestes faciles, comme des enchaînements de figures d’ouverture et de fermeture et aussi de lancers et de rotations. Ceux qui le pratiquent s’appellent les « flippers », et ce geste s’appelle « tricks ».

La célèbre histoire du couteau papillon

L’enchaînement du couteau papillon s’appelle balisong en tagalog. Ces mouvements proviennent des arts martiaux traditionnels philippins tels que le Kali Arnis. Il existe quelques discordances quant à l’origine de cette pratique à manier le couteau papillon, le fait qu’il soit d’origine philippine n’est pas accepté de tous. Il existe une autre appellation hispano-tagal appelé « Cuchillo de balé », un nom reçu sous la colonisation espagnole, qui peut signifier qu’il est d’origine européenne et d’autres pensent que le couteau papillon est apparu à Hong Kong.

Il est une chance que cet engouement n’ait eu aucune répercussion sur l’exportation du couteau papillon partout dans le monde. De nos jours, une communauté regroupe de nombreux passionnés et professionnels du spectacle, se trouvant sur les cinq continents, enchaînant le Butterfly aussi fascinant que risqué. Il est bon de savoir qu’on n’improvise pas flipper. Pour en devenir un et manipuler du balisong, il faut de l’agilité et beaucoup de pratiques répétitives et prolongées ainsi que de la patience.

Le couteau papillon d’entraînement

Vous n’êtes pas très intéressés par les arts martiaux, mais vous rêvez de pouvoir manier le couteau papillon comme les grandes stars l’ont fait ? Alors, il vous faudra plus d’exercice, plus de pratique et plus de persévérance. Vous aurez ainsi le même niveau qu’Eddie Fernandez, Jeff Imada, Talila Craig ou aussi Tony Ferrer dans la manipulation du balisong. Ils ont tous su impressionner par les tricks au balisong.

Sachez qu’au commencement, la manipulation du balisong n’est pas facile et les dérapages sont nombreux. La manipulation d’un couteau papillon dit d’entraînement est obligatoire pour éviter les blessures graves. Il dispose d’une lame non coupante et à pointe arrondie. Le couteau papillon d’entrainement a la même forme qu’un Butterfly tranchant afin de pouvoir s’exercer et avoir les bons gestes sans risque.

Related posts

Comment choisir une fontaine à eau ?

Tamby

Quels critères pour bien choisir son coffre-fort

Tamby

Joueur d’ocarina, découvrez comment choisir son instrument

Irene