Image default
Emploi / Formation

Comment gérer les clients mauvais payeurs ?

L’identification d’un débiteur inefficace est fonction de plusieurs détails qui sont bons à savoir. Il n’ya pas de précision dans les démarches à faire, mais il n’empêche que des raisons peuvent se montrer valables pour les accuser de mauvais payeurs. D’ailleurs cela démontre le fait qu’il faut légalement se protéger, surtout pour le cas des entreprises qui sont victimes de ces mauvais comportements de leurs clients. L’important c’est d’essayer de limiter les dégâts pour qu’ils ne puissent s’aggraver tant que les mêmes individus sont présents ou tout simplement s’ils n’affichent pas l’intention de changer. Il faut donc bien gérer la situation.

Procéder au verrouillage des factures

Une facture est un document qui doit être priorisé suivant les dispositions légales car elle doit contenir les détails des éléments importants pour la conclusion du contrat. C’est un dossier qui sert de justification dans les démarches à suivre en cas d’une poursuite en justice au tribunal compétent qui va trancher de l’affaire. Quant au délai qui est stipulé dans le document, il est susceptible de prolongation ou au contraire d’une diminution au terme d’un accord conclu entre les deux parties. C’est la raison pour laquelle il ne faut pas que le paiement se fasse au noir. D’ailleurs, une facture qui doit être payée contient la signature du client avec tout le devis y afférent. En tout cas, la facture est une pièce à conviction au cas où la situation se dégrade pour basculer aux mains des autorités judiciaires.

Créer une ambiance conviviale en relançant le client

Pourquoi cette action ? En fait, le client peut jouer son jeu en faisant le malin, mais il va gagner un temps de sursis de la part de son créancier. Celui-ci lui accorde une seconde chance avant de faire connaître son jeu à travers les sites comme les-mauvais-payeurs.com  bien connu de bon nombre de prestataires. En réalité, il s’agit de relancer le client défaillant en procédant à travers différents modes de contact. Le téléphone est un des moyens les plus sûrs qui met le débiteur en état d’alerte maximum car la réponse doit être rapide et d’apprendre les raisons du retard de paiement. Dans un autre cas, les différents courriers électroniques ou postaux peuvent lui donner la puce à l’oreille ; il doit donc se ressaisir en donnant des réponses positives. De toute façon, cette démarche est faite de manière amiable, quitte à ne pas trop bousculer le débiteur.

Préparer une poursuite en justice

Dans une certaine mesure, la procédure effectuée auprès du tribunal est l’étape ultime de l’action du créancier. Autrement dit, il va en finir pour de bon sur le mauvais payeur en lui indiquant clairement que les choses ne vont plus bon train et qu’une poursuite en justice se prépare en son encontre. S’il n’a pas réagi suite à la prévision des pénalités de retard, il va devoir répondre aux quelques questions que l’on va lui poser. Mais le créancier a le plein droit de lui réclamer le paiement des dettes, il n’a aucun alibi à fournir sauf l’intention d’accepter de payer au risque de finir quelques moments en prison car l’affaire est déjà entre les mains des juges des tribunaux.

Related posts

À quoi consiste la profession d’élagueur ?

Tamby

Quel métier exercer avec un DSCG ?

Claude

Suivre une formation Loi de Finances

Irene